La Mort le roi Uther – La boucle se referme

1erecouvLRM3light

La Mort le roi Uther est le troisième et dernier volet du triptyque Le Roi merveilleux.

La boucle se referme joignant fin et commencement. Certains personnages sont laissés là où on les avait trouvés dans Les Cheveux noirs à quelques années près. D’autres illuminent un style narratif plus terreux et sec, mais toujours aussi efficace, de leur grandeur tant formidable qu’éphémère.

Commandez votre exemplaire ici.

 

Une belle critique chez Actu SF !

1ere couv LRM1- web

Merci à nos amis d’Actu SF pour leur belle revue de notre toute première publication :

http://www.actusf.com/spip/Les-Cheveux-noirs.html

Un mot de l’auteur et de l’éditeur

Hic sunt Dracones est une maison d’édition toute neuve et qui se lance avec ce premier cycle Le Roi Merveilleux dont le premier tome s’intitule Les Cheveux noirs. On ne peut qu’espérer que ce titre soit de bon augure et leur permette de naviguer en des eaux prospères.
Nicolas Rignault est un jeune auteur français, très discret qui a fait des études d’histoire de l’art et s’est lancé récemment dans l’écriture.

La geste arthurienne…

Arthur gouverne sa cour du royaume de Logres et profite d’une paix âprement gagnée. Les ennemis d’hier sont devenus des alliés et les preux chevaliers de la Table Ronde continuent à mettre leurs vertus et leur dévouement au service de la couronne. Le monde va bien et Arthur coule des jours paisibles.
Sauf que…
Sauf que la Reine Guenièvre est une nymphomane aux pulsions incontrôlables, qu’un jeune paysan nommé Perceval vient proposer à Arthur une quête étrange alors que ce dernier est plus préoccupé par les histoires de cœur de son entourage.
Et soudain tout se dérègle. L’univers d’Arthur s’effondre et laisse place à un cauchemar dramatique.

… sauce victorienne

Voilà un roman qui se dévore. Il démarre pourtant classiquement. Les descriptions s’enchaînent pour mettre en place le décor, les personnages s’expriment par de longs monologues qui relatent l’histoire et permettent de cerner les différents protagonistes. Et puis le décalage s’insinue par petites touches, à travers la description des situations, le vocabulaire employé. Ce n’est pas une geste médiévale mais une geste victorienne qui se déroule sous nos yeux. Les chevaliers ont toujours leur vertu comme bouclier et leur grandeur d’âme comme seul étendard mais les valeurs qu’ils portent ont subi l’influence du romantisme.

Un point notable de cette version de la geste arthurienne est sans doute que les véritables acteurs de l’histoire sont des actrices. Morgane, Viviane, Elaine et Guenièvre sont les protagonistes, celles par qui le scandale, l’aventure, le danger surviennent. Arthur et les autres hommes sont au mieux des faire-valoir, au pire des pantins abusés.

Il n’est pas aisé de façonner la matière de Bretagne. La geste arthurienne a déjà bénéficié de nombreux troubadours qui chantent des versions différentes depuis Chrétien de Troyes. Il est d’autant plus dur de s’y attaquer lorsque de récentes références de grande qualité sont encore dans les mémoires (Sacré Graal et Kaamelott pour ne citer qu’elles).
Et bien non seulement Nicolas Rignault relève le défi mais il mène son œuvre avec fraîcheur, talent et une évidente connaissance de l’univers arthurien.
On se laisse prendre par un début apparemment classique et puis soudain tout s’accélère et ce qui ressemblait à une sage relecture du mythe transposé devient une œuvre originale qui porte ses propres thèmes et sa mécanique interne à la fois préservée et renouvelée.
Ajoutons que le livre s’arrête d’une façon si abrupte qu’on ne peut rester que sur sa faim et qu’on attend avec impatience le deuxième tome.

Bref, ce Roi merveilleux est une réussite.

Guillaume Casabianca

Le Roi merveilleux, la suite !

1ere couv LRM2

La Reine des neiges, deuxième roman du cycle Le Roi merveilleux est désormais disponible !

Retrouvez les personnages de la geste arthurienne rencontrés dans le volet inaugural du cycle, Les Cheveux noirs, tels que les réévalue ce jeune auteur au style incomparable composé de dialogues percutants et de mises en scène quasi cinématographiques.

Commandez votre exemplaire ici.

People who like this sort of thing will find this the sort of thing they like.*

La Reine des neiges, le deuxième roman du cycle Le Roi merveilleux paraîtra à la rentrée.

Retrouvez l’univers singulier et le style acéré de Nicolas Rignault, l’auteur du roman Les Cheveux noirs, volet inaugural du cycle.

1ere couv LRM2

Après la perte de son épouse, la flamboyante Guenièvre, de sa douce maîtresse Viviane et de son plus fidèle compagnon, son chevalier Lancelot, Arthur est au plus mal. Ravagé par la culpabilité, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Merlin se met alors en quête du dernier espoir de sauver le roi de Bretagne, quête qui le mènera jusqu’à l’île d’Avalon où règnent désormais deux reines. Dans le même temps, Gauvain, jeune enquêteur de la Police royale, est confronté à une série de meurtres étranges qui sont autant de pièces de puzzle s’emboîtant un peu trop parfaitement.

 

– Mon cher Merlin, j’ai une première question à vous poser, mais uniquement pour la bonne forme. Parce que j’imagine que si vous possédiez un moyen d’aider le roi à recouvrer toute sa santé dans les meilleurs délais, vous m’en auriez bien entendu déjà parlé. N’est-ce pas ?
– En effet.
– Bien. Puisque vous n’avez pas plus de solution miracle que les médecins traditionnels, ce à quoi d’ailleurs je m’attendais, j’ai donc eu une idée, au sujet de laquelle je requiers votre conseil, ainsi que votre assistance.
– Je vous écoute.
– Que savez-vous du Graal, Merlin ?

 

* Abraham Lincoln. « Les gens qui aiment ce genre de chose vont trouver la chose du genre qu’ils aiment. »

 

Une OLNI – Oeuvre littéraire non identifiée

1ere couv LRM1- web

Façonneur chez l’imprimeur Copy-Média, passionné de littérature et écrivain lui-même, Thybault Oberholtz lit les livres de Copy-Média et fait part de ses plus belles découvertes sur le blog de l’imprimeur. La dernière en date : notre Roi merveilleux – Les Cheveux noirs de Nicolas Rignault.

Lorsque j’ai ouvert Le Roi Merveilleux, s’inspirant des légendes arthuriennes, je m’attendais à quelque chose d’assez classique. Cependant, dès le premier chapitre, dans le dialogue entre le roi Loth et son épouse, on retrouve des éléments de la série télévisée Kaamelott.

Mais ne vous attendez pas à une histoire joyeuse et drôle. Il n’en est rien. Guenièvre est nymphomane, Perceval ne fait aucunement confiance à Arthur, ce dernier étant vraisemblablement trahi par ses sœurs, Merlin semble bien mystérieux. Bref, chaque personnage cache une noirceur qu’il ne peut dévoiler. Officiellement, ils se doivent d’être beaux et d’imposer leur puissance.

La force de l’auteur, Nicolas Rignault, est de ne pas placer l’histoire dans une époque précise.Par exemple, les personnages fument et vont à l’opéra… Le mythe du roi Arthur s’en trouve rafraichit. Ainsi, on ne peut classer cette œuvre dans une case bien définie. Les genres se mélangent : on trouve de la fantasy, du merveilleux, qui s’ancrent dans un univers industriel du début du XXème siècle.  L’écrivain a également une capacité incroyable à rendre les protagonistes empathiques, en sondant ce qu’ils sont intérieurement.

Un livre pour ceux qui aiment être dépaysés et qui n’ont pas peur de tomber dans une OLNI (Œuvre Littéraire Non Identifiée).

Incroyablement frais et innovant, ce livre est un petit bijou que je vous invite à découvrir rapidement.

http://www.copy-media.net/le-roi-merveilleux-de-nicolas-rignault/

Le Roi merveilleux – Les Cheveux noirs, le premier titre des éditions Hic Sunt Dracones

C’est avec la publication du premier volet du cycle Le Roi merveilleux, Les Cheveux noirs de Nicolas Rignault que les éditions Hic Sunt Dracones ont choisi de commencer l’exploration des territoires de l’imaginaire.

1ere couv LRM1- web

 

Pour vous procurer un exemplaire de l’ouvrage, rendez vous sur notre Comptoir.

 

 Le Roi merveilleux n’est pas un roman de fantasy comme un autre. Nous avons du reste beaucoup hésité avant de lui attribuer un genre et nous nous y sommes résolus par commodité car notre époque aime les cases. Ainsi, l’avons-nous proclamé oeuvre de fantasy de par sa conformité toute formelle à la définition même du genre de la fantasy littéraire. Cependant, ce texte, par la transgression de codes qu’il opère, se dérobe à toute tentative de classification. D’une certaine manière, il crée son propre genre.

 Son titre même semblerait indiquer des affinités avec le merveilleux ; celui de la littérature arthurienne à laquelle il emprunte personnages et motifs. Mais l’on se méprendrait à imaginer la fée Morgane, l’enchanteur Merlin ou le chevalier Perceval tels que la tradition nous les a livrés. Tout comme l’on serait bien en peine d’y retrouver l’iconographie magique ou religieuse des romans arthuriens. Ici, le merveilleux est ailleurs et la quête première n’est pas celle du Graal.

 Proximité et distance par rapport à la matière de Bretagne, dont l’auteur a une connaissance intime, synthèse de motifs et de thèmes a priori incompatibles, contribuent à nous donner cette délicieuse sensation d’étrange familiarité. Un peu comme si l’on retrouvait une vieille connaissance dans un pays lointain et sauvage, une personne qui serait comme un point d’ancrage et rendrait l’étrange moins étrange. A moins qu’il ne se produise le contraire, la figure familière rendant la situation plus étrange encore.

 Tel est ce premier volet du cycle du Roi merveilleux : à la fois fidèle et iconoclaste, il acculture nos chevaliers et nos fées, transplantant, et, ce faisant, transfigurant, les symboles arthuriens, dans un univers insolite, fait du charbon de la révolution industrielle et des costumes rayés des années Trente.

 Là encore, on aurait tort de limiter ce texte à une simple variation « tiepunk » (nous avons bien le « punk vapeur », pourquoi pas le « punk cravate » ?) des romans de Chrétien de Troyes. Car cette matière de Bretagne malmenée, décalée, travestie, reconfigurée, respatialisée n’est sans doute que le magnifique prétexte d’une quête psycho-esthétique, d’une odyssée vers les profondeurs de l’âme humaine.

Consultez la présentation de notre ouvrage ici.

Daliborka Milovanovic pour Hic Sunt Dracones